L'heure pour entreprendre!

INTILAQ Tunisie : corruption ou mauvaise gouvernance ? 200 milles dinars pour accéder au financement?

Suite à une discussion lancée sur la page du centre d’investissement IntilaQ, l’initiative de Qatar Foundation, L’administrateur de la page a déclaré que le financement d’un projet de start’up répond à plusieurs exigences y compris 200 milles dinars de chiffre d’affaire pour un produit.

Parmi les projets financés par cette fondation on trouve 26 start’up  et 239 postes créés avec un Capital investi de 11 million c.a.d environ 500.000 dinars par projet environ.

La discussion n’a pas porté seulement sur les critères de financement, mais plutot un mécontentement des internautes par rapport à l’absence de réponse de l’oganisation aux demandes de financement. L’administrateur de la page dit que :

IntilaQ Tunisia Et pour info, ne pas repondre a une demande de financement est en elle même une réponse. Au lieu de jouer la victime sur Facebook avec l’esprit conspirationniste, comme quoi tu as tout compris… essai de passer plus de temps à améliorer et avancer dans ton projet.

Plusieurs autres points ont été relevé tel que :

Le conflit d’intérêt qui gravite autour du Manager de l’entité. Le directeur du centre est lui même bénéficiaire du programme aussi, c’est lui le fournisseur web du centre.

En effet, Jobi est financé par IntilaQ, le propriétaire de Jobi est le Directeur d’IntilaQ, le site web de IntilaQ est développé par Tunpixel, Cette dernière a la meme adresse Jobi (Residence Amilcar, Menzeh 9, Tunis)…

Le CM de la page présume une transparence totale et c’est vrai. Le CEO de IntilaQ ne trouve aucun mal a être Bailleur de fond, bénéficiaire et fournisseur en meme temps. Selon un consultant en lutte contre la corruption, la lois ne condamne pas un tel act. Cependant, ceci n’empêche que ces actes non éthiques font partie de la corruption car il y a un conflit d’intérêt claire dans l’accord de financement et le choix des fournisseurs sur le marché.

Pour comprendre le conflit d’intérêt , La question a poser, est simple : Si jamais Jobi n’arrive pas à honorer ses engagements, le CEO de IntilaQ aura t il l’audace de porter préjudice contre lui meme?

A qui donner confiance , si la nouvelle génération est entachée de mauvaise gouvernance. Surtout que le CEO de IntilaQ était l’un des activistes de lutte contre la corruption. Nous espérons avoir une réponse à travers un communiqué par la fondation. et si l’information est vrai, nous espérons que Le CEO choisi l’un des chemins : Fournisseur, Décideur ou bénéficiaire.

Cet article n’est qu’un indicateur alarmant, en espérant que la direction IntilaQ prend conscience et prend les mesures correctives nécessaires. Le traitement des internautes doit être respectueux surtout que les interventions comportent un mécontentement. Le fond d’investissement entant qu’entreprise doit satisfaire sa clientèle potentielle.

 

Par M.A.K – Auditeur en Entrepreneuriat

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :