L'heure pour entreprendre!

Entrepreneuriat_banner_entreprenheure_tunisia copy

Une enquête publiée en marge de la troisième édition du New York Forum Africa (NYFA)  qui s’achève ce dimanche à Libreville, a révélé que la fibre entrepreneuriale est très présente en Afrique. L’entrepreneuriat séduit 75% des jeunes interrogés, qui disent «avoir envie de monter leur propre affaire », selon cette enquête menée en ligne auprès de 5000 jeunes, dont 85% ont entre 16 et 26 ans,  sur la base d’un questionnaire portant notamment sur l’éducation, l’emploi, et entrepreneuriat.

 L’ambition était également haute, plus de la moitié des entrepreneurs signalant qu’ils se voyaient d’ici à 10-15 ans à la tête d’une entreprise de 15-40 personnes.

L’obstacle mentionné le plus souvent pour lancer une nouvelle entreprise était toutefois l’accès au capital de départ. Plus de trois quarts des répondants considéraient l’accès au capital de départ comme « difficile » ou «très difficile» et ils s’étaient appuyés dans la même proportion sur leurs épargnes, des amis ou la famille pour financer leur entreprise. Les banques étaient à peine mentionnées comme sources de capital pour démarrer.

Ces jeunes entrepreneurs africains n’étaient pas non plus trop enthousiastes quant à la capacité du gouvernement d’encourager leurs nouvelles entreprises. 12% seulement des répondants ont qualifié le gouvernement de «utile» ou «très utile» au moment de lancer une affaire.

Outre le ralentissement du financement dû à la bureaucratie et aux formalités, les répondants ont aussi insisté sur une meilleure transparence et la lutte contra la corruption comme réformes clés pour renverser les barrières qui limitent l’esprit d’entreprise.

89 % des jeunes Africains se disent, par ailleurs, optimistes pour leur avenir. Ces jeunes ont en effet «pensent que leur niveau de vie sera meilleur que celui de leur parents».  Cet optimisme pour les générations futures tranche avec le pessimisme qui prévaut en Europe, où un récent sondage de Pew Center a révélé que seulement 13% des Français et 23% des Britanniques pensent que les enfants d’aujourd’hui seront financièrement mieux que leurs parents.

L’optimisme  de la jeunesse africaine s’étend au domaine du travail. Près des deux tiers des répondants (63%) pensent qu’ils ont un meilleur travail que leurs parents avaient à leur âge et plus de 80% pensent que leurs perspectives de carrière sont meilleures que celles de leurs parents.

L’enquête, qui est une est une initiative de Train my Generation, le fonds de formation professionnelle crée par le New York Forum Africa en 2013, révèle, cependant, que la préoccupation  pour le chômage est la première cause d’inquiétude  des jeunes Africains (30%), suivie par le coût de la vie (17%). Dans le même ordre d’idées, plus de 50% disent avoir rencontré des «difficultés» voire de «grandes difficultés»  pour accéder au marché du travail.

La troisième édition du Forum NYFA rassemble  plusieurs centaines de personnalités issues des milieux économiques, universitaires et artistiques sur le thème de l’avenir du continent africain. Ce forum est introduit par le président gabonais Ali Bongo Ondimba, en présence de ses homologues du Rwanda, Paul Kagame et de Centrafrique, Catherine Samba-Panza.

Eco243

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :