L'heure pour entreprendre!

JOHANNESBURG (© APO) – Organisé par l’African Leadership Academy (ALA) en partenariat avec la Fondation MasterCard, le Prix Anzisha récompense par un Prix de 75 000 USD les jeunes entrepreneurs africains
Jeudi 27 mars 2014 | 11:52 UTC

Les jeunes entrepreneurs sont-ils à la traîne en Afrique du Nord et en Afrique Centrale ?

© Prix Anzisha. Jeunes entrepreneurs africains

Les données recueillies concernant les candidatures au Prix Anzisha de cette année indiquent une possible pénurie de jeunes femmes entrepreneures, provenant d’Afrique du Nord et d’Afrique Centrale ou qui sont impliquées dans des projets d’énergies renouvelables.

Logo Anzisha

« Nous espérons que les données que nous possédons concernant ces candidatures sont le résultat de faiblesses dans notre stratégie de communication, plutôt que d’une réalité sur le terrain. Si notre échantillon reflète bien l’activité des jeunes entrepreneurs sur l’ensemble du continent, nous devons alors faire face à une situation plutôt désastreuse en terme de création de projets par les jeunes, en dehors de certains centres-clés », a affirmé Josh Adler, directeur du Centre de Leadership Entrepreneurial à l’African Leadership Academy.

« Il s’agit d’une tendance qui doit changer rapidement et le Prix Anzisha a pour objectif de catalyser ce mouvement. Nous avons besoin de voir une plus grande part d’activité entrepreneuriale à l’initiative des adolescents de tout le continent, et dans des secteurs d’activité clés qui sont susceptibles de créer des emplois de qualité et qui seront des facteurs de croissance ».

Les jeunes femmes d’Afrique du Nord et Centrale ainsi que celles présentant des projets sur les énergies renouvelables dans toute l’Afrique sont invitées à participer au prestigieux Prix Anzisha, qui vise à récompenser les jeunes entrepreneurs en Afrique. Des informations sur les candidatures, ainsi qu’un soutien par pays, est disponible en français et en arabe.

Organisé par l’African Leadership Academy (ALA) en partenariat avec la Fondation MasterCard, le Prix Anzisha récompense par un Prix de 75 000 USD les jeunes entrepreneurs africains âgés de 15 à 22 ans pour leurs projets qui ont des effets concrets dans leurs communautés. Il existe également un Prix supplémentaire de 10 000 USD. La récompense a été rendue possible grâce au Cercle de Donateurs pour l’Afrique, un groupe de la Fondation des Communautés de Donateurs de la Silicon Valley. Ce Prix sera décerné à un jeune entrepreneur qui aura développé un projet innovant sur l’énergie renouvelable.

À une semaine de la clôture des candidatures, plus de 200 candidatures ont été reçues, provenant de plus de 25 pays, parmi lesquelles certains projets sont très intéressants.

– Nous manquons de candidatures de jeunes entrepreneurs féminins. Si 55 % de la population jeune africaine âgée de 15 à 24 ans est constituée de femmes, les jeunes femmes représentent seulement 25 % de l’ensemble des candidatures au Prix Anzisha. Cette année, le Prix Anzisha a réalisé des efforts remarquables pour attirer les jeunes femmes à travers des partenariats avec des organisations telles que le Forum des éducatrices africaines (FAWE). Pourtant, nos données indiquent que de nombreux obstacles persistent encore au développement des activités entrepreneuriales chez les jeunes filles.

– Les candidatures d’Afrique du Nord sont peu nombreuses malgré une augmentation significative des campagnes de sensibilisation pour le Prix Anzisha Prize dans cette région. Sur les 33 candidats au Prix Anzisha sélectionnés depuis 2011, on compte seulement trois candidatures en provenance d’Afrique du Nord, toutes les 3 provenant de jeunes hommes originaires d’Égypte. Des efforts considérables ont été réalisés cette année pour favoriser la participation au Prix Anzisha en Afrique du Nord : des documents officiels sont à présent disponibles en français et en arabe et l’équipe du Prix Anzisha est allée rencontrer des partenaires de toute l’Afrique du Nord au début du mois de mars.

– Les projets portant sur le biogaz et sur le charbon vert semblent être favorisés chez les jeunes africains, par rapport à l’énergie solaire, éolienne, et aux autres sources d’énergie alternatives. On relève peu d’entreprises en aval provenant des secteurs qui bénéficient de la production d’énergie autonome (hors réseau). Sur toutes les candidatures sur les énergies renouvelables reçues jusqu’à présent, presque toutes sont des projets portant sur le biogaz et le charbon vert produits à partir de déchets, ce qui peut soulever la question suivante : existe-t-il de jeunes entrepreneurs africains qui ouvrent la voie à d’autres sources d’énergie alternatives ?

« Nous devons faire appel aux médias, aux organisations soucieuses de l’égalité des sexes et aux professeurs pour qu’ils encouragent les candidats potentiels à s’inscrire au concours ». Josh Adler a ajouté : « Notre équipe affectée aux candidatures est à la disposition des candidats pour les aider dans le dépôt de leurs candidatures, aussi bien en français, en arabe qu’en anglais et nos partenaires pays sont mobilisés dans le but de faire participer la presse nationale au débat sur les jeunes entrepreneurs dans différents pays ».

Les anciens boursiers du Prix Anzisha sont entre autres, Best Ayiorwoth, une jeune femme originaire d’Ouganda, qui a créé une petite entreprise de services de micro-crédit pour agir en faveur des jeunes femmes en Ouganda et les autonomiser, et Khaled Shady, l’inventeur de Mubser, une ceinture portable destinée aux malvoyants en Égypte (Shady a été récemment classé par Forbes parmi les 30 jeunes entrepreneurs les plus prometteurs de moins de 30 ans). Vous pouvez accéder aux profils de l’ensemble de nos 33 anciens membres Anzisha sur le site www.anzishaprize.org/fellows

Les candidatures sont ouvertes dès à présent et seront acceptées jusqu’au 1er avril 2014. Les formulaires de candidature sont disponibles en anglais, français et arabe et peuvent être téléchargés sur le site anzishaprize.org. Les candidats potentiels peuvent discuter en ligne, voir nos dernières activités et entrer en contact avec notre équipe sur Facebook http://www.facebook.com/anzishaprize. Vous pouvez également suivre le Prix Anzisha sur Twitter (@anzishaprize).

Les finalistes gagneront un voyage, tous frais payés à Johannesburg, en Afrique du Sud à l’African Leadership Academy pour participer à un programme de développement de l’entrepreneuriat d’une semaine qui s’achèvera par la cérémonie de remise des prix. Sur place, ils participeront à une conférence au célèbre Centre de Leadership Entrepreneurial de l’ALA animée par des tuteurs d’entreprises expérimentés. Ils participeront ensuite à un programme de formation de longue durée dans le cadre du réseau d’anciens étudiants de l’African Leadership Academy, où ils bénéficieront d’opportunités exceptionnelles en termes de développement personnel et de perspective de croissance.

 

Distribué par l’Organisation de la Presse Africaine pour le Anzisha Prize.

 

Contact presse :

Chi Achebe – Chargée de programme, Prix Anzisha
E-mail : prize@anzishaprize.org ; 011 699 3000
SOURCE – Anzisha Prize

Afrique du Sud, 27 mars 2014

Commentaires sur: "Les jeunes entrepreneurs sont-ils à la traîne en Afrique du Nord et en Afrique Centrale ?" (1)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :