L'heure pour entreprendre!

L’incubateur June : les femmes entrep-reneuses ont leur télé-réalité

Maud Arditti, Cook&Meet. ©Jean-Philippe Pariente

5 candidates et leur projet, 6 mentors de marque parmi lesquels Céline Lazorthes de Leetchi et Michel et Augustin, et une compétition qui se joue contre soi-même pendant 6 semaines. La chaîne de télévision June a diffusé ce lundi le premier épisode d’un programme consacré aux femmes entrepreneuses. Passage en revue du casting.

Voilà une émission de télé-réalité qui ne devrait pas tomber dans les stéréotypes sexistes ou le lynchage médiatique d’une pauvre écervelée tombée dans les bras du crooner de service. La productrice Stéphanie Brillant, entrepreneuse et ex-journaliste, a eu l’idée d’un programme qui l’aurait bien aidée quand elle a créé sa société de production, « She is the boss Innertainment ». Innertainement, un néologisme en forme de promesse d’une télévision aussi intéressante que divertissante.

>>Le top 10 des entrepreneurs français qui ont fait fortune à 30 ans<<

Esprit docu et télé-réalité

« Je voulais un programme utile et inspirant. Une émission qui vous donne envie et vous réjouit intérieurement », explique-t-elle, après nous avoir confié qu’elle n’a pas un très bon a priori sur la télé-réalité. « Dans l’incubateur, on provoque des expériences mais c’est au cœur d’un défi de management. L’esprit est plutôt celui du documentaire, même si nous avons emprunté quelques codes efficaces de la télé-réalité : on aime savoir ce que ressentent les jeunes entrepreneuses par rapport à ce qu’elles vivent. »

Diffusé sur June TV à partir du 6 janvier pendant six semaines, « L’incubateur » suit la progression des 5 candidates dans leur création d’entreprise. Celles-ci ont été sélectionnées parmi une quinzaine de postulantes. Pour les accompagner, une équipe de six mentors de choc eux aussi triés sur le volet. Alors que le mentoring compte de plus en plus d’adeptes dans le monde de l’entreprise, Stéphanie Brillant se félicite de ces séquences mentor-mentee, qui galvanisent les candidates, et apportent des conseils édifiants pour les spectateurs. Certaines créatrices auront même la chance d’aller se plonger dans le quotidien de leur mentor, en immersion totale pour mieux comprendre les clés du succès. En guest et pour encore plus de bons tuyaux, on apercevra les stars de l’entrepreneuriat Xavier Niel (Free) et Mercedes Erra (BETC).

>>Etes-vous prête pour l’entrepreneuriat ?<<

>>Le mentoring pour entrepreneurs, qu’est-ce que c’est ?<<

Teaser

Les mentors

Hadj Khelil, fondateur de Bionoor

Diplômé de l’ESCP Europe et d’Oxford, Hadj Khelil a commencé sa carrière comme trader à la City de Londres. C’est pour créer son propre business responsable qu’il a tout quitté, reprenant une exploitation agricole familiale en Algérie, il a transformé les pratiques agricoles en proposant des dattes bio à l’international, et mis en place des projets écologiques comme le calculateur en ligne de l’empreinte carbone pour les particuliers et les entreprises, d’après cette estimation le site propose de compenser par l’achat d’arbres replantés en Afrique. Plus d’infos : www.bionoor.com

Céline Lazorthes, fondatrice de Leetchi

On ne présente plus la fondatrice de Leetchi, la cagnotte pour réunir de l’argent entre amis ou entre communautés. Cette jeune entrepreneuse a traversé toutes les phases que les candidates s’apprêtent à vivre. « Je me suis beaucoup appuyée sur les réseaux », nous confiait-elle dans une interview en mars 2012. « J’ai rencontré des entrepreneuses qui m’ont été d’une aide précieuse », d’où son envie de rendre la pareille au sein de l’incubateur June.

Gabriella Cortese, fondatrice de la marque Antik-Batik

La créatrice des fameux paréos, inspirés des impressions sur soie balinaises, est une globe-trotteuse et une artiste, ce qui ne l’a pas empêché de faire prospérer son entreprise, bien au contraire. Depuis 1992, le style Antik Batik habille les femmes et les intérieurs, sans jamais se démoder. Nul doute que cette grande dame saura inspirer les candidates à l’entrepreneuriat.

Michel de Rovira et Augustin Paluel-Marmont, fondateurs de Michel et Augustin

Véritable success-story dans l’alimentaire de détail de ces dernières années, la marque Michel et Augustin s’est imposée comme un cas d’école. Qui aurait cru qu’il restait une place pour un nouveau vendeur de biscuits alors que les rayons voyaient déjà s’affronter Belin, Lu, Brossart, etc. Design renouvelé, marketing bien ficelé, recettes uniques ? Quel est le secret du succès des yaourts à boire et des p’tis biscuits. Les entrepreneurs nous l’apprendrons peut-être dans « L’incubateur ».

Véronique Garnodier, fondatrice de Charlott-Lingerie

Son histoire a fait le tour des journaux éco et féminins. Son entreprise, Charlott-lingerie, crée de l’emploi pour les femmes, et les réunit pour parler lingerie. Valérie Garnodier a tout compris en créant cette affaire de vente de lingerie à domicile. Elle a créé sa première collection dans les années 90, et depuis elle emploie 30 personnes au siège de Charlott à Lyon, et 3500 conseillères de vente dans toute la France. Depuis deux ans, elle est la PME la plus rentable de France. Autrement dit, un maître à penser pour tout entrepreneur en devenir.

Les entrepreneuses

Marion Vergnet, « Une minute pour comprendre »

En 2011, Marion lance avec deux de ses amis une plateforme en ligne qui permet à des étudiants d’accéder à une aide en ligne sous forme de vidéos. Très vite, elle souhaite développer ce service et mettre en relation ces jeunes étudiants avec de vrais tuteurs. Brillante élève, Marion essaie désormais de valoriser son expérience personnelle en créant « Une minute pour comprendre » !

Emilie Burle, « My New Cupcake »

Emilie s’est lancée dans son activité de traiteur en 2012. Depuis, elle souhaite ouvrir son propre salon de thé à Sommières et en faire un lieu convivial et incontournable pour déguster les meilleures pâtisseries de la ville.

Mariame Tighanimine, « Babel Bag »

En septembre 2012, Mariame lance son premier Babel Bag dans le but de donner aux femmes le goût de l’entrepreneuriat et de la négociation. Le principe : des sacs manufacturés qu’elle vend à crédit à des femmes pour qu’elles-mêmes puissent les revendre par la suite. Une manière de favoriser les échanges et l’émancipation des femmes !

Bintou N’Guessan, « Myeezy »

Bintou lance l’agenda événementiel en 2012 suite à une expérience personnelle : lorsqu’elle se marie et qu’elle n’a encore que de faibles moyens, elle décide alors de casser les barrières du business classique et de permettre à des prestataires et des particuliers de se mettre en relation. Un moyen d’arranger tout le monde ! Bintou rêve d’acquérir de la visibilité et de développer sa petite entreprise.

Maud Arditti, « Cook&Meet »

Passionnée par le monde de la restauration, Maud a aussi une volonté d’entreprendre sans mesure ! Du haut de ses 25 ans et encore étudiante, elle décide de monter « Cook&Meet », une plateforme online qui met en relation des particuliers partageant la même passion et la même envie : cuisiner et rencontrer des gens autour d’un bon repas !

Pour les téléspectatrices, un concours est également ouvert pour remporter un accompagnement à la création d’entreprise : Plus d’infos.

Commentaires sur: "L’incubateur June : les femmes entrepreneuses ont leur télé-réalité" (1)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :