L'heure pour entreprendre!

 

Le Nord-Ouest  de la Tunisie constitue un bassin patrimonial très riche, où la continuité de la présence humaine et de l’activité agricole et ce, depuis la Préhistoire, est partout visible. Des pôles remarquables présentent des caractéristiques historiques, archéologiques, paysagères et urbanistiques variées et des monuments exemplaires appartenant à différentes périodes de l’histoire tunisienne et méditerranéenne. 

          Dans ce paysage, Dougga, site inscrit sur la liste du Patrimoine Mondial par l’UNESCO, Bulla Regia qui remonte à la protohistoire de la région, Chemtou ancienne Simitthus, lieu antique d’exploitation des carrières de marbre, la région du Kef et ses plaines environnantes qui se distinguent par l’étendue et la multitude des sites archéologiques jusqu’à Makhtar et Siliana ainsi que Testour (environ 8000 habitants), village qui fait partie des fondations andalouses du XVIII siècle, constituent les témoins les plus évidents de cet héritage. A l’extrême nord de ces zones, les sites côtiers comme Tabarka, Cap Négro et Sidi Mechreg, attestent de l’ouverture du territoire sur les échanges méditerranéens, basés sur les exportations céréalières et l’exploitation du corail, particulièrement à l’époque moderne.
          Ce patrimoine riche et varié mais insuffisamment valorisé, mérite d’être mieux connu et plus étudié, non seulement au vu de sa valeur scientifique et culturelle, mais aussi comme ressources précieuses pour le développement économique, à un moment où les territoires sont appelés à mobiliser leurs ressources pour un développement autocentré et harmonieux.
Cela pose la question des choix de modèle de développement dans un contexte marqué par le désengagement de l’Etat de la sphère économique et la généralisation de l‘ économie de marché, qui semblent être le dénominateur commun de la plupart des acteurs politiques de la transition en cours. Or la question du développement local et celui des régions en Tunisie montre une faible mobilisation des ressources patrimoniales dans la construction des projets de développement des territoires.
         Le colloque de Jendouba qui sera organisé conjointement par l’équipe du Laboratoire « Régions et ressources patrimoniales de Tunisie » et le département d’Histoire de l’Université de Jendouba,  se propose de débattre de toutes ces questions et appelle les participants à s’inscrire dans cette problématique selon les axes suivants :
1      – Sites, monuments et ensembles historiques : Une sédimentation historique sur la longue durée.
2     Richesses naturelles et diversité paysagère.
3     Traditions et savoir-faire.
4     Des propositions pour l’avenir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :