L'heure pour entreprendre!

Entrepreneuriat_banner_entreprenheure_tunisia copy

La vraie formule magique pour les entrepreneurs est de travailler dur, très dur. Et cela ne signifie pas travailler pendant des heures, mais travailler dur pendant des heures, explique le Professeur Jon Fjeld, Directeur du Centre pour l’Entrepreneuriat et l’Innovation de Fuqua School Duke University (Caroline du Nord).

Pensez-vous que le statut d’étudiant-entrepreneur puisse être un levier de croissance pour la France ? Est-ce que ce type de dispositif existe aux Etats-Unis ?

Je ne connais aucun dispositif similaire ici aux Etats-Unis. Mais le rôle du gouvernement en matière d’éducation est différent aux Etats-Unis et il serait plus difficile pour les autorités fédérales de prendre ce type de décision.
Ce programme est un premier pas pour favoriser l’entrepreneuriat chez les jeunes, cependant un moyen encore plus efficace serait de supprimer les barrières qui entravent la création d’entreprises en réduisant les coûts pour les start-up par exemple. L’efficacité gouvernementale se mesure aux moyens mis en oeuvre pour faciliter l’accès à l’entrepreneuriat. Ce statut est donc une première étape, mais n’est pas, à mon sens, une solution complète et pérenne.

Comment définiriez-vous une attitude entrepreneuriale ?
Je ne la définirais pas ! (rires) Tout d’abord, il convient de préciser que souvent, quand on entend parler d’entrepreneuriat, il s’agit d’auto-entrepreneuriat. A Fuqua, l’entrepreneuriat recouvre une définition sensiblement différente : nous parlons d’un type d’activité qui a un potentiel de croissance rapide et qui requiert d’importants capitaux. En partant de cette définition, l’entrepreneuriat est moins un sport individuel qu’un sport collectif.

Il faut donc que l’équipe possède un éventail de traits de caractère : un niveau élevé de créativité, de la ténacité et une attitude qui considère que « Non » n’est pas une réponse – et la volonté de fournir des efforts importants leur permettant de transformer une vision en réalité.

Nous avons tendance à croire qu’une poignée d’individus ont en eux quelque chose de presque magique qui fait d’eux des entrepreneurs à succès. Je pense que cette vision est biaisée. En réalité, beaucoup d’entreprises à succès ont été lancées par des personnes qui sont avant tout créatives, travailleuses, persévérantes, avec une volonté forte d’accomplir quelque chose. Il est vrai que les entrepreneurs à succès ont une « Big Idea » ou inventent quelque chose de formidable mais c’est leur énergie qui leur permet de réussir.

Les générations précédentes n’ont pas bénéficié de cours d’entrepreneuriat sans que cela ne leur empêche de connaître le succès.

Les cours d’entrepreneuriat sont-ils une nécessité ou une mode ?
C’est certainement un phénomène de mode et nombreuses sont les personnes qui en profitent. Le nombre de personnes se définissant comme des entrepreneurs est stupéfiant. Je suis moi-même professeur et je crois en l’enseignement de l’entrepreneuriat comme un guide empirique d’apprentissage.
J’explique aux étudiants auxquels j’enseigne que ces cours ont deux atouts : d’une part, ce qu’ils apprennent réduit la probabilité qu’ils échouent, sans que cela ne supprime pour autant cette possibilité ; d’autre part, les leçons les plus précieuses proviennent des échecs. Avoir la possibilité d’échouer en étant entouré, à l’école, est un moyen pas cher d’apprendre de ces échecs.
En cours, nous essayons de donner aux étudiants des conseils, de structurer leurs idées, d’élargir leur vision. Beaucoup de projets capotent, mais si les étudiants se donnent la chance d’échouer en cours d’entrepreneuriat, ils auront certainement plus de succès une fois à l’extérieur.

Apprendre à être entrepreneur est une chose. Mais être entrepreneur en est une autre. Quelles sont selon vous les meilleures pratiques dont les étudiants doivent s’inspirer ?
La raison la plus fréquente expliquant l’échec d’entrepreneurs est qu’ils répondent à des problèmes inexistants. Soyons clairs, il ne sert à rien d’inventer un produit qui ne répond à aucun besoin. Donc si j’avais un conseil pour les entrepreneurs, ce serait de d’abord trouver ce besoin initial. Beaucoup d’entrepreneurs font l’erreur de penser que leur produit intéresse le reste du monde.

Quand on me présente un projet qui commence par « Je veux faire ceci, je veux faire cela », je leur réponds très franchement que personne ne s’intéresse à ce qu’ils veulent. La vraie question est toujours : quel problème résolvez-vous ? A quel besoin répondez-vous ? En apparence, cela paraît évident, mais en réalité, ce n’est pas si facile. Je conseillerais en outre aux entrepreneurs de confronter rapidement leur produit à leurs clients potentiels pour observer et analyser leurs réactions. Ce n’est pas grave si le produit n’est pas fini, si vous faites semblant d’avoir un produit, il faut le tester auprès de vos cibles.
Pensez-vous que les entrepreneurs aient besoin d’expérience professionnelle avant de monter leur propre entreprise ?
En réalité, il n’y a pas de réponse unique et ferme à cette question. Nous avons tous en tête des success stories d’entrepreneurs sans expérience professionnelle : Bill Gates ou Michael Dell par exemple.
Disons que l’expérience professionnelle a de la valeur, mais n’est pas toujours une nécessité. Si vous avez une vingtaine d’années, il est peut-être intéressant pour vous de travailler quelque temps dans une entreprise, de tisser un réseau, d’apprendre des savoir-être, des savoir-faire qui vous serviront dans votre vie entrepreneuriale. Je dis parfois à mes étudiants que si dans une équipe, un problème surgit et que chacun des membres y est confronté pour la première fois, la situation peut être compliquée. Mais chaque cas est différent.

 Par Yann Le Galès le 30 décembre 2013 8h59

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :