L'heure pour entreprendre!

Maurice et la Tunisie souhaitent davantage d’interactions entre les opérateurs économiques privés – Article paru dans Le Mauricien | 28 août, 2013 – 19:15
Le premier round des négociations entre Maurice et la Tunisie, en vue de la conclusion d’un accord d’échanges commerciaux préférentiels (Preferential Trade Agreement), s’est ouvert ce matin au siège du ministère des Affaires étrangères et du Commerce international. A cette occasion, les deux pays ont dit leur intention d’intensifier leurs relations commerciales bilatérales tout en favorisant l’investissement et les partenariats économiques.
Les deux chefs de délégations à la table des négociations – le directeur de la division de politique commerciale au ministère des Affaires étrangères et du Commerce international Assad Bhuglah et la directrice pour le Commerce et l’Industrie au ministère du Commerce et de l’Artisanat de Tunisie Saida Hachicha – ont reconnu que le niveau des échanges commerciaux bilatéraux est « insignifiant », en l’occurrence pas plus de 3 millions de dollars, soit moins de 1% de la valeur totale des échanges des deux pays avec l’extérieur. Aussi les deux parties ont estimé qu’un accord préférentiel va non seulement booster et diversifier les relations commerciales, mais contribuera également à la promotion des investissements et des partenariats d’affaires. Assad Bhuglah et Saida Hachicha ont appelé à une plus grande interaction entre les opérateurs privés, arguant que de multiples opportunités sont à saisir.
Le chef de la délégation mauricienne s’est appesanti sur l’ouverture de l’économie tunisienne et le développement des échanges de ce pays avec l’Union européenne à travers un accord commercial ainsi qu’avec les pays du bassin méditerranéen. « The EU constitutes the major market for both  Mauritius and Tunisia. The possibility therefore of developing a partnership to maximize the benefits existing on the EU market is real especially by developing a bilateral supply chain in garments and other products », a déclaré Assad Bhuglah. Ce dernier considère que les règles d’origine de cumulation inscrites dans les accords commerciaux peuvent être exploitées favorablement par les entrepreneurs mauriciens. Ceux-ci pourront ainsi importer leurs matières premières de Tunisie pour les transformer ensuite en produits finis à Maurice avant de les expédier vers les marchés étrangers, européens en particulier, et ce tout en bénéficiant d’un accès hors taxes.
La responsable de la délégation tunisienne a d’ailleurs souligné les possibilités commerciales offertes par son pays. « En optant pour la Tunisie comme base, l’investisseur s’offre l’accès à plus de 900 millions de consommateurs et bénéficie d’accords de libre-échange que la Tunisie a conclus avec plus d’une cinquantaine de pays », a-t-elle expliqué, prenant pour exemples l’accord d’association avec l’Union européenne, celui de libre-échange arabe et l’accord arabo-méditerranéen de libre-échange.
Du côté mauricien, on perçoit cet accord commercial préférentiel comme une première étape à l’établissement d’un accord de libre-échange complet pour le futur. Celui-ci pourrait aussi déboucher sur une coopération de plus grande envergure, couvrant le secteur des services, l’investissement et d’autres domaines économiques.
« La Tunisie, qui a réussi sa révolution, est déterminée à réussir cette phase cruciale de son histoire dans un climat de confiance, de dialogue et de sérénité. L’une des orientations économiques du pays est la diversification des partenaires économiques. L’Afrique occupe une place de choix dans cette démarche », soutient Saida Hachicha. Et d’ajouter que son pays a « beaucoup d’admiration et de respect » pour Maurice qui, par ses performances économiques, a démontré sa capacité à relever les défis, principalement dans le contexte de la conjoncture économique internationale, des plus difficiles.
Notons que la délégation mauricienne aux négociations commerciales bilatérales comprend également le directeur adjoint de la division de politique commerciale Sunil Boodhoo, l’assistant sollicitor-general Bobby Madhub, des officiers des douanes et de divers ministères, ainsi que des représentants de la Mauritius Chamber of Commerce and Industry.

Commentaires sur: "MAURICE-TUNISIE : Accroître les échanges commerciaux, l’investissement et les partenariats" (1)

  1. Stephane a dit:

    Très intéressant. Je suis basé à Maurice depuis 2 ans et j’envisage bien entendu une extension de mon activité de consultant. La fiscalité et les opportunités d’investissement à l’île Maurice comme expliqué sur http://ilemaurice.com/ devraient inciter d’avantages de particuliers à y venir. En tout cas, j’ai fais la démarche il y a 2 ans et cela marche plutôt bien pour moi malgré la crise et quelques difficultés de passage. Mais qui n’en connaît pas ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :