L'heure pour entreprendre!

  • Par Tallel BAHOURY
  • Qu’est-ce qui grippe la machine entrepreneuriale tunisienne? Pourtant, les conditions théoriques pour que ça marche sont là, notamment l’existence de pépinières d’entreprises ou incubateurs, une quarantaine au total.

    Alors, pour répondre à cette question, nous avons rencontré Mustapha Mezghani, expert international spécialiste en TIC et entreprenariat, directeur du cabinet 2CW. Il a participé à différentes études et missions relatives aux incubateurs ou pépinières d’entreprises aussi bien en Tunisie qu’à l’étranger.

    M. Mezghani rappelle que nous avons un programme d’incubateurs qui date de 10 ans, et que notre pays possède le taux de pépinières d’entreprises par habitant le plus élevé d’Afrique. «Sauf que là aussi on fait du nombre… sans efficacité. Aujourd’hui, normalement, nous devrions nous situer dans un stade où on a suffisamment de recul pour pouvoir avoir des évaluations de l’existant sauf qu’aucune analyse qualitative n’a été faite jusqu’à aujourd’hui. On se contente souvent d’annoncer le nombre d’entreprises incubées, jamais combien ont survécu à leur troisième ou quatrième année“, regrette-t-il.

    Selon lui, ces évaluations n’ont pas été faites –ou mal faites-, car si cela avait été fait, ça nous aurait permis de constater que très peu d’entreprises ont survécu à leur 3ème année.

    Comparativement, il nous informe qu’en Afrique du Sud, par exemple, les études ont montré qu’1 dollar investi dans l’incubation d’entreprise génère 5 dollars de taxe. Toujours dans ce pays, 80% des entreprises ayant suivi un processus d’incubation survivent à leur troisième année d’existence, contre 20% qui ne suivent pas le processus.

    Enchaînant sur les nouveaux programmes pour la création d’emplois et d’entreprises, notre expert estime que «si on donne de l’argent (financement) sans que les entreprises suivent un processus d’incubation, sans que les entrepreneurs ne soient encadrés et accompagnés, sans qu’il y ait de suivi, c’est non seulement de l’argent jeté par la fenêtre, mais surtout on ne fait que reporter ou retarder le problème du chômage de 2 à 3 ans vu le fort taux de mortalité qui sera enregistré».

    Il nous explique cela par le fait que, en général, «les porteurs de projet ont un profil de technicien mais manquent de compétence managériale; ils n’ont pas de connaissances en gestion -qu’elle soit en Ressources Humaines, financière, commerciale, de production ou de stock…». Et justement, le rôle de l’incubateur c’est de permettre au porteur de projet, à l’entrepreneur, de développer ces compétences à travers une formation (minimale) mais aussi et surtout de l’accompagnement et de l’encadrement.

    Notre interlocuteur évoque aussi un autre point important: le porteur de projet a généralement une idée ou une technologie mais n’a pas le produit lui-même. Or c’est un produit que le marché demande. «Donc, le rôle de l’incubateur c’est de l’aider à confirmer son idée de produit, l’accompagner dans la préparation de son business plan, et confirmer par ricochet que son idée est effectivement convertie en produit commercialisable».

    Selon M. Mezghani, la plupart des entreprises qui ne réussissent pas ou ferment sont victimes de leur succès, c’est-à-dire d’une mauvaise planification résultant d’un manque de compétences managériales.

    Il souligne également que les services rendus par ces incubateurs sont très limités: un hébergement de l’entreprise qui bénéficie des services communs, et très peu d’accompagnement, voire pas du tout ou en deçà de la qualité désirée.

    L’expert tunisien constate aussi que «ce n’est pas la faute aux responsables des pépinières car ces derniers manquent d’expérience en entreprenariat. En règle générale, ils viennent de l’administration ou sont recrutés pour la tâche alors qu’ils viennent tout juste de sortir de l’université». Autrement dit, en raison de leur manque d’expérience en entreprise, ce ne sont pas des gens capables d’apporter un plus “pratique“ à l’entrepreneur… alors que sous d’autres cieux, le responsable de l’incubateur est le premier vis-à-vis de l’entrepreneur, il est à la fois son conseiller et son confident, et c’est lui qui lui prodigue les conseils de premier niveau, voire plus. Ces directeurs d’incubateurs viennent généralement du monde de l’industrie avec une expérience confirmée en tant que numéro un ou numéro deux d’une entreprise. br> L’expert va plus loin dans son analyse, il remet en cause le modèle d’incubateur lui-même qui est à cheval entre l’APII et l’Université. Autrement dit, des incubateurs publics gérés par des gens de l’administration. «De par leur obligation, ces gens se doivent de respecter les procédures et ne peuvent, par conséquent, être assez réactifs pour permettre le développement d’une entreprise privée…», souligne-t-il.

    Comme solution, M. Mezghani propose de revoir de fond en comble ce modèle et de mettre en place un autre modèle fondé sur un partenariat public-privé (PPP), où la gestion de la pépinière serait confiée à la partie privée comme cela a déjà fait ses preuves ailleurs. «Il existe des modèles de PPP qui ont fait leurs preuves sous d’autres cieux et il est dommage que la Tunisie n’en bénéficie pas alors qu’ils ont été installés à l’étranger par des compétences tunisiennes».

    Sera-t-il entendu? Rien n’est moins sûr. Mais comme disent les Anglo-saxons, wait and see!

Advertisements

Commentaires sur: "Le maillon faible de l’entrepreneuriat en Tunisie" (2)

  1. On ne doit pas restreindre l’échec des start-ups à la manque des outils managériales seulement car techniquement beaucoup d’entrepreneurs sont assez faibles et par la suite ils vont fournir un produit/service de mauvaise qualité. L’idée fondamentale pour former des bons entrepreneurs est de reformer notre système éducatif. Tout simplement, un cadre diplômé de nos universités n’a pas apte de créer une start-up compétitive sur le marché (avec quelques exceptions bien sûr). Dans les années 70 et 80 notre système éducative a été très avancé de manière qu’à l’époque les ingénieurs, des leur graduation, peut créer une entreprise et gérer une société sans aucune difficulté !
    Un entrepreneur se forme sur des années et pas sur un mois!

    • Cher Yassine, sans aucun doute nous partageons votre idee mais d’une maniere differente car nous remettons en cause un enseignant qui n’a pas l’esprit d’entreprendre et qui se veut enseigner l’entrepreneuriat et la creativite. Nous esperons que ceux qui s’exerce se tourne pour des heures de leurs semaine a l’enseignement des jeunes voir des enfants tout en etant entrepreneur et enseignant, meme notre contenu pedagogique peut s’ameliorer et se coller a la realite du terrain. Nous avons pas besoin d’une science interessante mais plutot utile. cordialement, Mohamed Alif Kahlani

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :