L'heure pour entreprendre!

Entrepreneuriat_banner_entreprenheure_tunisia copy

Une cellule d’appui sera créée au sein du ministère des Affaires étrangères (MAE) pour faciliter la mission des entreprises tunisiennes sur les marchés extérieurs. Read the rest of this entry »

About these ads

Originally posted on Gigaom:

LinkedIn’s Senior VP of Product Deep Nishar will be leaving the company October 3rd, according to Re/code. LinkedIn released a statement to the publication saying, "We want to thank Deep for his many years of dedication and contributions to the company and wish him the best as he embarks on his next endeavor.” Neither Nishar nor LinkedIn CEO Jeff Weiner have commented as to what prompted the sudden departure. [UPDATE: See LinkedIn's response to our request for comment below.]

LinkedIn’s statement to Re/Code also hinted that Nishar hadn’t figured out where he’s headed next, although he may stay busy enough in his startup mentorship capacity and board advisory role to not need a full-time role elsewhere.

Nishar played a crucial role during LinkedIn’s scaling years. He was with the company since January 2009 and oversaw — according to his LinkedIn profile — product management, data science, user experience, web development, business development and online sales…

Voir l'original 241 mots de plus

Quelque 600 commerçants et 1100 points de vente participent aux soldes d’été, principalement sur le grand Tunis, selon les chiffres enregistrés au premier jour des soldes qui ont démarré le vendredi 15 août, a indiqué le directeur général de la concurrence et des recherches économiques au ministère du commerce et de l’artisanat Mohamed Aïfa. Read the rest of this entry »

entrepreneuriat, tunisie, algerie, maroc, libye, muritanie, entrepreneur; echange commercials business affaires frontiere, chomage, maghreb

Le classement mondial 2014 selon l’IDH (Indice de Développement Humain) a été rendu public par les Nations Unies. Un classement qui se révèle plutôt encourageant pour la Tunisie qui gagne quelques places et le 4ème pays le mieux classé d’Afrique. Read the rest of this entry »

  • Le pays n’ayant plus les moyens de se payer le «luxe» de continuer à subventionner ad aeternam des entreprises dont le déficit ne cesse de se creuser et sont devenues de ce fait un véritable Tonneau des Danaïdes, les autorités ont enfin ouvert –et apparemment pour de bon- le dossier de la restructuration de ces entités. Une réflexion est en cours au sein du gouvernement, sous la houlette du ministère du Transport, dont les grandes lignes avaient été révélées début juin (lors de la journée d’étude: financement de la restructuration des entreprises publiques, organisée le 7 juin) à des représentants de la communauté d’affaires.

    Une des questions clefs –et parmi les plus difficiles à résoudre-est celle du financement de cette restructuration. Ayant, comme l’explique Mondher Khanfir, conseiller auprès du ministre du Transport, Chiheb Ben Ahmed, évité «d’aller au plus facile en augmentant le capital» de ces entreprises, le gouvernement propose la création de deux outils comme solution de rechange: un «fonds d’impact» et un «fonds de retournement».

    Le fonds d’impact aurait pour finalité, selon M. Khanfir, d’aider «les entreprises publiques qui auraient des difficultés à justifier un financement par le secteur financier» et celles «ayant une spécificité régionale ou environnementale». Ses ressources proviendraient de «l’enveloppe destinée initialement à subventionner» ces entreprises.

    Un tel fonds «peut contribuer à créer de la valeur si (i) les projets sont correctement structurés grâce à l’apport d’un incubateur ayant les ressources humaines requises, et (ii) si les conflits d’intérêts sont adressés de manière satisfaisante. Ils mériteraient d’être ouverts à l’ensemble des cadres de la fonction publique», analyse Aziz Mebarek, co-fondateur d’Africinvest-Tuninvest.

    Le fonds de retournement, d’un montant de 1 milliard de dinars, serait, selon le conseiller du ministre du Transport, «du capital investissement très spécifique». D’après M. Khanfir, la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) serait «prête à y contribuer à condition que le secteur privé en fasse partie».

    Mais pour Aziz Mebarek, le fait que la CDC soit de la partie –et, selon lui, elle peut être associée à ce fonds- ne résout pas le problème qui réside dans le fait que «les investisseurs en capital et les SICAR n’ont pas vocation à contribuer à des fonds».

    En outre, «la situation est compliquée et nécessite un plan d’urgence qui touche au positionnement stratégique, à la gouvernance, à la reconfiguration de l’actionnariat et à la restructuration financière de ces entreprises», observe le co-fondateur d’Africinvest-Tuninvest. Qui rappelle, en outre, que «si nous n’avons pas de réponses claires et pas globales à des questions clefs, nous ne nous engageons pas». Et une de ces questions est de savoir «si nous avons les 3 ou 4 gestionnaires avec lesquels nous pouvons relancer l’entreprise».

    Bref, Aziz Mebarek ne croit pas «à l’idée d’un fonds de retournement selon le schéma présenté, qui ne soit pas associé à un levier clair et franc au niveau de la gouvernance. Ceci pose la question du devenir des entreprises qui sont dans des activités concurrentielles, et qui dans certains cas portent préjudice à des secteurs d’activité entiers de l’économie tunisienne. Nous devons faire la différence entre service public et entreprise contrôlée par l’Etat, objectif et process de mise en œuvre qui doit, dans tous les cas, tenir compte des aspects sociaux, sans pour autant aller contre les logiques économiques qui s’imposeront à nous un jour ou l’autre».

 

  • Commentaire du blog : un passe passe entre M. khenfir et M. Mebarek
     

© webmanagercenter.com | 06 Août 2014 06:41:00| Mots-clés : Tunisie ,Economie , actualité , entreprises publiques , gouvernance , restructuration ,Caisse des Dépôts et Consignations
 
 

Featured Image -- 3226

Dans le cadre du projet « Création accélérée d’emplois et de l’appui à l’entrepreneuriat », le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) en Tunisie, recrute « Un(e) expert(e) national(e) pour la réalisation d’une analyse rapide des possibilités d’emploi et d’affaires – Projet 00089676» Read the rest of this entry »

Opérant en tant que levier économique, la chambre de Commerce et d’Industrie de Tunis lance un projet de plateforme baptisée sous le nom de « Tunisia E-Business Network ». Il s’agit du réseau d’affaires professionnel le plus performant en Tunisie et qui est financé en partie par le gouvernement américain. Read the rest of this entry »

%d bloggers like this: